Vidéo-conférence ZOOM – Assistance

Marie-Pierre Asquier et Jean-Marie Rocchisani peuvent vous apporter l’aide technique dans l’installation du programme et dans son fonctionnement.

Voici leurs coordonnées :

Marie-Pierre Asquier : expert.asquier@gmail.com / Tel. 06 60 29 15 90

Jean-Marie Rocchisani : jm.rocchisani@gmail.com / Tel 06.82.25.43.68
Table des matières
  • Quelques éléments techniques
  • Utilisation
  • L’interface en 1 image

Quelques éléments techniques :

  • Pour assister à une visio-conférence Zoom, une invitation va sera envoyée par e-mail comportant un lien vers la “réunion”, le numero de cette réunion (meeting ID), et un mot de passe (passcode). Il suffit de cliquer sur le lien pour ouvrir dans votre navigateur une fenêtre “zoom” où il vous est demandé d’enter le “meeting ID” puis le “passcode” pour rejoindre la réunion.
  • A noter que la première fois que vous vous connectez à Zoom, celui-ci lancera le téléchargement “a minima” d’une application Zoom (“client zoom”) sur votre PC/Mac , qu’il vous faudra installer  afin d’assister à la réunion. Lors d’une connexion ultérieure à zoom, l’activation du lien suffira pour ouvrir la fenêtre de la réunion.
  • Cependant, certains  navigateurs n’auront peut être pas conservé l’information de ce téléchargement et vous redemanderont de télécharger (à nouveau) l’application zoom. Dans ce cas, l’application zoom ayant bien été déjà installée, une méthode alternative pour rejoindre la “réunion” zoom consiste à lancer l’application zoom, et de répondre aux questions.
  • On conseille donc, pour gagner du temps, que chacun télécharge et installe d’avance l’application Zoom (“Client Zoom”) sur son PC . [télechargement]

note 1- prévoir un quart d’heure pour cette installation.

note 2 – Si vous le souhaitez , vous pouvez vous inscrire à un compte gratuit “basique”, qui vous permettra d’organiser vous même des réunions. 

 
  • Il est également possible d’installer l’application, totalement équivalente, sur votre smartphone, ou tablette et de les  utiliser  au lieu du PC. Dans ce cas assurez-vous que votre smartphone/tablette se connecte à internet via la WIFI.
  • Pour les appareils Apple, il faut impérativement installer l’appli Zoom  au préalable.
  • Une fois connecté à la réunion, vous devriez avoir sur votre écran l’interface de la réunion:

Utilisation

• Parmi les excellents Tutoriels existant sur l’internet, nous recommandons pour débuter ce mode d’emploi où vous apprendrez à rejoindre une réunion, utiliser l’interface et converser avec d’autres participants.

• Le Centre d’aide de Zoom vous propose des instructions détaillées sur les diverses fonctionalités offertes par Zoom, qu’il convient de lire pour maitriser l’application zoom.

1-Vous avez toutes les étapes d’installation zoom en accédant à ce lien sur youtube.

  2-Comment participer à une réunion
  3- comment utiliser l’interface de l’application

L’Interface en 1 image

Réouverture du Musée Cernuschi, Paris

page1image23328


A partir du 04 mars 2020

le Musée Cernuschi annonce sa réouverture

Après une campagne de rénovation d’envergure, le musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris rouvre ses portes avec un nouveau parcours permanent repensé.
Le musée Cernuschi réaffirme sa vocation d’espace privilégié de découverte de l’Asie extrême-orientale à travers les échanges artistiques qui unissent la Chine au Japon, à la Corée et au Vietnam. À l’issue d’une réflexion sur la pédagogie du parcours et après un chantier de rénovation de près de 9 mois, le musée inaugure une nouvelle phase de son histoire, avec un parcours de visite repensé, véritable invitation au voyage dans l’écrin de l’hôtel particulier imaginé au XIXe siècle par Henri Cernuschi.

Débutant avec une présentation de la collection initiée par Henri Cernuschi lors de son séjour en Asie entre 1871 et 1873, la visite est d’abord envisagée comme une invitation au voyage dans l’esprit de son fondateur, qui a placé les arts du Japon et de la Chine au coeur de sa collection.

page2image13776

Tigre dit « tora »,
Japon, XVIII
e-XIXe siècle,

page2image13944

Bois laqué et doré, yeux incrustés,
Paris, Musée Cernuschi. Ancienne collection Henri Cernuschi. © S. Piera / Musée Cernuschi / Roger-Viollet.

Gibbon d’après Li Sheng, Daqian Zhang, 1945, Paris, Musée Cernuschi. M.C. 8711

Dans un second temps, le visiteur est amené à se plonger dans une histoire singulière qui, de dynastie en dynastie, offre une vaste perspective sur les arts de la Chine, considérés dans leur continuité, depuis la préhistoire jusqu’au XXIe siècle.
Ce parcours chronologique qui accompagne l’évolution culturelle et artistique de la Chine est ponctué de moments consacrés aux autres aires culturelles majeures de la collection, la Corée, le Japon et le Vietnam. Des vitrines « grand angle » proposent en effet d’élargir les perspectives en présentant les échanges entre les différentes aires culturelles de l’Asie orientale ou les singularités de chaque pays.

En fin de parcours, la nouvelle « salle des peintures », permet de présenter au public, sur un rythme de quatre rotations chaque année, une cinquantaine d’oeuvres d’arts graphiques (peintures sur papier ou sur soie, ou encore éventails et paravents) extrêmement fragiles issues de la riche collection d’arts graphiques du musée, notamment célèbre pour sa collection unique d’artistes asiatiques du XXe siècle.

L’étoffe des rêves de Lee Young-hee. Séoul-Paris.

page4image10816

L’étoffe des rêves de Lee Young-hee. Séoul-Paris.
4 décembre – 09 mars 2020
Musée Guimet
Paris
https://www.guimet.fr/event/seoul-paris-letoffe-des-reves-de-lee-young-hee/


Consacrée par son pays comme la plus grande figure de la mode coréenne, Lee Young-hee (1936-2018) a propulsé sur la scène internationale l’image d’une Corée moderne et décomplexée, fière de son illustre passé et de sa tradition raffinée. Puisant son inspiration et sa philosophie dans le hanbok, le vêtement traditionnel des femmes coréennes, son art s’épanouit dans une modernité sans cesse renouvelée, passant de la parfaite maîtrise des formes traditionnelles aux figures aériennes d’un hanbok libéré.

Lee Young-hee entame une carrière de couturière-styliste presque par hasard. Le vêtement coréen va rapidement devenir une passion qu’elle approfondit par des recherches historiques menées avec Seok Ju-seon, spécialiste reconnue de l’histoire du costume. Ensemble elles s’attèlent à une minutieuse reconstitution de vêtements d’après les peintures des rouleaux dépeignant les cérémonies de cour de la fin de la période Choson (1394-1910). Les costumes des officiels et les costumes de cour de cette époque sont d’une extrême rareté. Lee Young-hee met en place un processus de « recréation » de ces pièces qui inclut la fabrication des soieries à l’identique, l’emploi de teinture naturelle, la couture et la broderie à la main ; son travail s’alimente également de la collection de ces précieuses pièces Choson – vêtements ou accessoires – qu’elle rassemble peu à peu tout au long de sa carrière.

Exposition Blanc de Chine, tradition et modernité

Le commissaire de l’exposition Blanc de Chine, tradition et modernité, Zheng Yongsong a eu la gentillesse de faire une visite privée aux membres de la SFECO le vendredi 10 mars 2019 à 11h30.

page2image36712


Cette exposition présente 22 sculptures de 7 artistes contemporains représentatifs de Dehua dont des grands maîtres comme Qiu Shangjiong, Chen Minglian ou Su Xianzhong. L’exposition s’organise autour de deux thèmes : la tradition et la modernité. Elles sont une illustration exacte de la création locale. Aujourd’hui, la plupart des artistes de Dehua, regroupés dans “le courant traditionnel”, reprennent les motifs des anciens. Néanmoins, ils ne se contentent pas de les copier. Ils étudient la nature de la porcelaine pour améliorer et perfectionner les techniques ancestrales de fabrication, à partir de la composition chimique de la pâte et de la couverte, des techniques de cuisson et de modelage.

A presque quatre-vingt-dix ans, Qiu Shuangjiong se consacre à la création de sculptures en porcelaine depuis la fin des années 1980. Il s’est lancé dans l’amélioration du procédé de cuisson, en remplaçant les fours à bois par les fours électriques. Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Xiamen, Li Jinfeng perfectionne les techniques ancestrales et est très sensible aux détails des oeuvres, tels les doigts de Guanyin.

Chen Mingliang, érudit et collectionneur de porcelaine ancienne, et son fils Chen Shiwei illustrent la transmission du savoir- faire.
Bien que les sujets traditionnels occupent une place incontournable à Dehua, certains artistes essaient de dépasser cette limite. Ils n’adoptent pas une attitude de rupture totale mais s’emparent de l’idéologie du confucianisme “le juste milieu” : ils réalisent des créations personnelles en s’inspirant des motifs anciens. Ainsi, « Des objets » du couple, Jian Lihua et Chen Yihui, combinent les motifs anciens du
blanc de Chine (le trait de vêtements, les fleurs, etc.) et des objets de la vie quotidienne (Coca-cola, la boîte de yaourt).

Ou encore l’exemple du « papier », de leur professeur Su Xianzhong, qui met en valeur les matériaux et présente un papier volant afin de souligner la spécificité de pâte de Dehua et sa technique de fabrication : délicate, facile à manipuler mais fragile.

page3image2584

Qiu Shuangjiong (Dehua, 1932), Bodhidharma, 2017 Porcelaine,H. 39,5 cm

page3image2752

Chen Shiwei (Dehua, 1988) Dieu de la littérature (détail), 2018 Porcelaine, H. 36 cm

page3image2920

Chen Yihui (Longhai, 1989) Jian Lihua (Zhangzhou, 1988)Objet : Evolution 1, 2017 Porcelaine, H. 9,5 cm

 

L’année du Rat de Fer

Bonne et heureuse année du Rat de Fer!

Depuis le 25 janvier, nous avons quitté l’année du Cochon de Terre pour entrer dans celle du Rat de Fer, inaugurant ainsi un nouveau cycle zodiacal chinois.
La légende voudrait que l’Empereur de Jade organisa une course entre les animaux dont les douze premiers vainqueurs pourront donner leur nom à une année. Le Rat et le Chat arrivèrent les premiers à la rivière mais ni l’un ni l’autre n’osèrent la traverser. Quand vint le Buffle, le Rat lui demanda de les transporter. De nature serviable, le Buffle accepta des les aider. Aussitôt, le Rat et le Chat sautèrent sur son dos. Au milieu du fleuve, le Rat poussa le Chat dans l’eau (d’où la haine farouche entre ces deux animaux et la crainte du chat de l’eau). Avant d’atteindre la rive, le Rat bondit de la tête du Buffle pour atteindre le premier la ligne d’arrivée, bernant ainsi son bienfaiteur.

Ainsi, à travers cette légende, se dessinent les caractères dominants de ce rongeur. Doué d’une grande intuition et d’un instinct développé, s’il est un fin stratège et un bon tacticien, il est aussi un être égoïste. Pour atteindre ses objectifs, parvenir à ses fins, il ne recule devant aucun compromis temporaires ni bassesses.

S’il est prévoyant, c’est souvent au détriment des autres. Du fait qu’il aime s’approprier des biens d’autrui, il est associé à la cupidité et à la friponnerie. Dans le théâtre sino-vietnamien, les mandarins cupides et mesquins sont souvent comparés à des rats.

Son ingéniosité et son habileté à trouver et entasser d’importante réserves de nourriture, sans oublier sa forte capacité de se reproduire, font de lui un symbole de la prospérité et de la fertilité. Au Japon, il est le compagnon et le messager du dieu de la Richesse, Daikokuten (ou Daikoku). Au Vietnam, le 10e jour de la 1ère lune est la nuit du « mariage des rats » et on disposait sur le sol de minuscules offrandes aux rongeurs. Cette fête est présente sur les estampes populaires de Đông Hồ, « Rat qui marrie sa fille ». Un gros rat vivant dans une boutique est un présage de prospérité, d’où son surnom « rat précieux » (jin shu). Le rat des champs est lui vénéré comme le Jeune Dieu Gardien des Greniers.

Le rat est considéré comme un animal divin car il parvient à survivre à tout type de catastrophes naturelles. Il est également doté d’un pouvoir de divination comme illustre ce conte entre un rat sauvant un lettré : une nuit, un rat surgit dans la maison d’un lettré en train de travailler et se livra à des pitreries. Énervé, l’homme quitta sa table pour le chasser. Juste à ce moment, une poutre tomba à l’endroit où le lettré était assis. Le rat s’inclina et partit.

Son esprit curieux et sa vivacité d’esprit sont incarnés par Mûshika, le petit rat qui sert de véhicule à Ganesh. Il complète la sagesse et l’intelligence du dieu éléphant par sa malice et son agilité. Ainsi la force mentale n’est rien sans sa moitié : la subtilité qui permet d’accéder aux pensées sous-jacentes, aux enjeux cachés des problèmes qu’on cherche à démêler.

Le rat est donc un animal ambivalent comme le sera l’année placé sous son signe ! Sans oublier de le Fer personnifie la force, la fermeté, la détermination…

Jarre

Vietnam, Chu Ðậu, ca. 1450–1500,
Grès porcelaineux à décor peint en cobalt sous couverte Asian Art Museum, Los Angelès.

Terrine Chine, dynastie des Qing, ca. 1755, Porcelaine à décor peint en émaux sur couverte, Collection privée.

Musée Cernuschi, 7 avenue Velasquez -75008 Pariswww.sfeco-asso.com

page1image33224

Nature-morte aux desserts
Georg Flegel (1566-1638) , 1600-1650, Huile sur toile, 22x 28 cm
Alte Pinakothek, Munich.

page1image34912Jarre

Vietnam, Chu Ðậu, ca. 1450–1500,
Grès porcelaineux à décor peint en cobalt sous couverte Asian Art Museum, Los Angelès.

page1image35240Terrine
Chine, dynastie des Qing, ca. 1755, Porcelaine à décor peint en émaux sur couverte, Collection privée.

Recollons les Fragments du Passé.

page7image15664

Recollons les Fragments du Passé.

Musée Cernuschi & la Société des Amis du musée Cernuschi
Paris

http://www.cernuschi.paris.fr/en/recollons-les-fragments-du-passe


Pourquoi faisons-nous appel au mécénat participatif ?

Nous avons décidé de proposer à tous de nous soutenir pour réunir 22 000 € qui serviront à financer les restaurations de onze œuvres d’art vietnamiennes actuellement dans un état fragile, mais qui par leur caractère unique dans nos collections, sont des témoignages précieux de différentes périodes de l’histoire du Vietnam.
Avec ce projet, nous souhaitons pouvoir mettre en avant tout la richesse de la collection d’art vietnamien du musée Cernuschi (2e musée d’art asiatique de France), en leur offrant davantage de visibilité auprès des publics dans le nouveau parcours permanent en mars 2020.
Nous comptons donc sur vous et votre précieux soutien.
Aidez-nous à donner toute sa mesure à ce projet de restauration des œuvres vietnamiennes du futur parcours permanent du musée Cernuschi !
MERCI À VOUS !

Le musée Cernuschi et la Société des Amis du musée Cernuschi

Deux vidéos à ce sujet.

https://www.facebook.com/watch/?v=415704322480303 https://www.facebook.com/watch/?v=2404564486452526

Appel du Collectif Franco-Vietnamien des Amis du Musée Cernuschi

Depuis son ouverture en 1898, le musée Cernuschi réunit un patrimoine asiatique unique, avec des œuvres d’art provenant de la Chine, du Japon, de la Corée et du Viêt Nam.
Pour mieux les présenter, le musée Cernuschi réalise une refonte intégrale du parcours de visite au cours de l’année 2019 jusqu’en mars 2020. Le Vietnam en bénéficie directement : une sélection plus large sera montrée parmi les deux mille pièces de ses collections.
Certaines doivent être restaurées. Pour cela, le musée Cernuschi ouvre une campagne de don.
Afin de faciliter la diffusion de l’appel à contribution du musée Cernuschi, un Collectif Franco-Vietnamien des Amis du Musée Cernuschi – CFV-AMC s’est créé pour la période 2019-2020, afin de faciliter le contact entre les donateurs et le musée Cernuschi.
Nous faisons appel à vous, qui êtes intéressés par la mise en valeur du patrimoine culturel vietnamien.
Tous les mécènes et donateurs, même les plus modestes, peuvent contribuer à ce projet de restauration initié par le musée Cernuschi.
La Société des Amis du Musée Cernuschi – SAMC, fondée en 1922 et reconnue d’intérêt public depuis 1986, centralisera les fonds. Les dons sont déductibles fiscalement :
 Vous pouvez apporter votre contribution à partir du 05 octobre 2019 sur le site de crowdfunding, dédié au mécénat : www.commeon.com (procédure de don et déduction fiscale).
 Le CFV-AMC organise d’autre part, le samedi 5 octobre 2019 prochain, un grand dîner de gala au restaurant Chine Masséna, Paris 13ème, célébrant le lancement de cette campagne dans une ambiance chaleureuse, où le musée Cernuschi présentera les pièces à restaurer.
Encouragez la Collection vietnamienne à Cernuschi : donnez sur Commeon dès mi-septembre, et venez au gala du 05 octobre. Parlez-en autour de vous et réservez déjà vos tables : 50 Euros/personne (450 € la table V.I.P. de 10 pers.) ou 40 Euros/personne.

1 2 3